La biguine

La biguine est la danse locale par excellence.

Son nom vient du terme anglais « begin », qui signifie « commencer », car c’est la danse qui ouvrait le bal. Ayant évolué à partir de la musique française à cordes, la biguine a gagné la métropole française dans les années 1920.

Née aux Antilles au 19è siècle, la biguine a été créée par les musiciens noirs, esclaves affranchis, qui jouaient dans les bals donnés par les colons. Ils ont alors repris la musique des colons, et y ont ajoutés le chant et le tambour.

C’est dans les années 1930, que la biguine a connu un énorme succès notamment avec « Ba moin en ti bo doudou », connu dans le monde et aujourd’hui symbole de la musique antillaise.

Le zouk

Le zouk est apparu dans les années 80. Ce genre musical est inspiré de la Kadans et de la Kadans-Lypso,  Dans le zouk, les éléments de gwo ka, de tambour, de ti bwa et de « biguine vidé » sont prédominants.

L’orchestre guadeloupéen Kassav’ reste le groupe de zouk le plus connu.

Le gwo ka

Musique traditionnelle de Guadeloupe par excellence, le gwo-ka se joue avec des tambours appelés « ka ».

Cette musique est née durant la période de l’esclavage, les tambours étaient à l’origine creusés dans des troncs d’arbres évidés. Elle a donc une très forte empreinte africaine.

Aujourd’hui, le gwo-ka est présent plus que jamais en Guadeloupe. Ce n’est pas qu’une musique, c’est l’alliance de la danse, du chant et de la musique. Il anime la plupart des rassemblements populaires, comme le carnaval, les autres fêtes, ou les mouvements de contestation.

Le gwo-ka comprend sept rythmes de base (Toumblak, Graj, Léwoz, Woulé, Kaladja, Padjanbèl ou Granjanbèl, Menndé)

Le mayolè

On parlera de Kalenda à la Dominique, de ladja en Martinique, de capoïra au Brésil, de Mayolè en Guadeloupe.

Dans la région caribéenne « les luttes dansées » sont synonymes de résistance.

La muzurka

Selon les terroirs, les pas diffèrent. Elle est une danse assez fluide permettant de nombreuses variantes (bercement, suspension, tourné, etc.).

Le quadrille

Le quadrille est une danse ancienne, importée d’Europe aux Antilles vers le 17è siècle.

Il était surtout apprécié dans les milieux bourgeois.

Le quadrille actuel est dansé de plusieurs styles ayant chacun une base rythmique différente : entrée, valse, pantalon, été, poule, pastourelle et biguine. Le commandeur, personnage central du quadrille, donne les consignes pour les pas.

L’orchestre musical se compose généralement d’accordéon, de violon et de guitare, ainsi que du tambour de basse.

Le bouladjel

Le bouladjel est une expression musicale de Guadeloupe composée de percussions vocales et de battements de mains. Intégré dans le système Gwoka, ce rythme sert à l’origine d’accompagnement des morts lors des rites funéraires.

Le kadans

Dans lesannés 70, les immigrants haïtiens en Guadeloupe et en Martinique ont apporté avec eux le kadans.

Le bélè

Le  bélè est une musique traditionnelle héritée de la musique jouée par les esclaves africains aux antilles.

Il  se caractérise, dans sa rythmique, par les « tibwa »  qui donnent le tempo de base et le tambour qui intervient pour marquer les temps forts et introduire des improvisations de percussion.

gtag.js