Accueil

  • Je vous invite à découvrir la Guadeloupe (l’île aux belles eaux) à travers mon regard d’enfant du pays qui redécouvre, voir même découvre cette île de l’intérieur.

Guadeloupe Karukéra, nom donné par les  Caraïbes à cette île qui a la forme d’un majestueux papillon aux ailes déployées, cette « île aux belles eaux » dont les célèbres  chutes du Carbet auraient attiré l’attention de Christophe Colomb et de ses hommes, île couleur d’émeraude et dont la route principale reliant  Basse-Terre à  Pointe-à-Pître est aussi appelée « route de jade », c’est ma terre  natale rebaptisée « Guadeloupe ». 

Après avoir été tantôt française, tantôt anglaise,  la Guadeloupe en 1946  est devenue une département français d’outre-mer (DOM). 

Pendant des décennies, elle a été méconnue, très souvent assimilée à la Martinique. Jusque dans les années 60, les bananes de Guadeloupe étaient commercialisées en métropole sous l’appellation: »banane de la Martinique ». Pourtant, la Guadeloupe a donné naissance à des hommes et des femmes qui ont marqués l’île, la France, la francophonie et le monde. Beaucoup d’entre eux ont fait honneur à la France. 

        Dans le sport,  Roger Zami qui fut champion de France et d’Europe des super-légers et qui ne perdit que 8 combats sur 55, ou alors Roger Bambuck, champion de France  et d’Europe du 100 et 200m. Plus près de nous, il y a  Marie-Josée Pérec ou Teddy Rinner.  

 

        En musique, Joseph Bologne de Saint-Georges, plus connu sous le nom du Chevalier de Saint-Georges, qui nous a laissé de merveilleux concertos, ou  Kassav qui fit connaître la musique Zouk à travers le monde. 

 

        En littérature, Je ne citerai que Alexis Léger ( Saint-John Perse) qui obtint le prix Nobel de littérature en 1960 ou  Guy Tyrolien qui publia dans « Balles d’or » ce poème appris par tous les enfants des Antilles et d’Afrique et qui remplaça le très fameux « nos ancêtres les Gaulois »